29 août 2014

Après 240 km en VTT, 36 scouts nantais en vacances

 

 

Trente-six scouts (trente de 11 à 14 ans et six encadrants), du groupe Jules-Verne de Nantes, ont relié Melrand en VTT... en longeant le canal de Nantes à Brest sur 240 km.

Partis de Nantes le samedi 16 août, ils sont arrivés à Melrand le mercredi 20. « Nos 240 km en VTT, en cinq jours, nous ont permis d'apprécier des villes sous d'autres angles, telles que Blain, Redon, Malestroit, Josselin, Rohan, raconte Samuel de Gentil, chef du groupe. Arrivés à Pontivy, nous avons ensuite emprunté le chemin de halage jusqu'à Saint-Nicolas-des-Eaux, avant de monter notre campement à Lann-Gouéjan, dans une clairière au bord de l'Houé, mise à disposition par Raymond Le Ruyet. »

Ils quitteront Melrand samedi 30 août, aprèsla découverte de la vallée du Blavet, du site de Quelven, et de leurs exploitations en autonomie sur un rayon de 15 km.

Lu pour vous dans Ouest-France du 27/08/2014

28 août 2014

Marché hebdomadaire

Jeudi 28 août,

16 h 30 à 19 h 30

place du Marché

marchand (2).gif

Légumes et fruits de saison, herbes aromatiques, miel, pains au levain, produits locaux et fermiers, fromages et yaourts de brebis, bières artisanales, café et thé, spécialités bretonnes, crêpes et en plats cuisinés à emporter de la rougail saucisse et la surprise du chef.

Inscriptions à l'école Notre-Dame-du-Guelhouit

Jeudi 28, vendredi 29 août, 9 h à 12 h et 13 h 30 à 18 h,

école Notre-Dame-du-Guelhouit

ecole NDG 1.jpg

David Guilloux, directeur de l'école, est à la disposition des familles pour des inscriptions. Il faut se munir du livret de famille et du carnet de santé. La rentrée scolaire aura lieu le lundi 1er septembre à 8 h 45. Il faut prévoir le pique-nique.

Contact : 02 97 39 58 42, eco56.ndg.melrand@eco.ecbretagne.org, notredameduguelhouit.ek.la

27 août 2014

Cours de judo-jujitsu

Reprise à partir du mercredi 10 septembre

pour les enfants de 4 à 10 ans, de 14 h à 15 h, à la salle polyvalente de Melrand

2012 Judo (1).JPG

Pour les 10 ans et plus, cours le mercredi à Bubry.

Séances d'essai possibles. Bons Caf et chèques vacances acceptés.

Contact : Bruno Arnaison tél. 06 81 17 34 81.

Le comité prépare le pardon de St Rivalain

DSC00845.JPG

En attendant le pardon du 14 septembre, les membres du comité ont confié la restauration des ouvertures et les peinture à Serge Guillemot de SG Multi-services de St Rivalain.

Les bénévoles sont invités à participer au nettoyage de la chapelle et des abords le samedi 6 sept à 9h devant la chapelle.

Le pardon de St Rivalain se déroulera le dimanche 14 septembre prochain, le comité propose une restauration sur place après le pardon : A 12 h 30, repas bœuf gros-sel 11 €. A partir de 17 h, repas de crêpes, andouille chaude et grillades. Nombreuses animations sur place.

06:54 Publié dans Agenda | Commentaires (0) | Lien permanent

26 août 2014

Tristan Le Govic, harpiste aux nuances nordiques

 

 

Après une longue escapade écossaise et suédoise, rentré à Melrand, l'artiste signe, avec Lise Enochsson, un disque élégant, mêlant couleurs et rythmes scandinaves et bretons.
Loin des sentiers battus, le harpiste lorientais aux racines Melrandaises, Tristan Le Govic a l'esprit voyageur. Sans pour autant trahir ses origines. Depuis la découverte de son instrument au Festival interceltique, l'avoir appris au Conservatoire de musique traditionnelle de Soye, puis à l'école de musique, il suit une route personnelle.

Après de longues escapades - six ans en Écosse, deux en Suède - il vient de poser ses valises à Melrand et de signer un nouvel album, Elva : « Cela signifie onze en suédois. Il y a onze titres. L'horloge sur la pochette marque onze heures. Ce chiffre me suis », glisse-t-il.

Sur ce disque dépaysant, il a amené dans la voix de la chanteuse suédoise, Lise Enochsson, une dynamique scottish norvégienne. « Entre les îles Shetlands écossaises et les Norvégiens, il y a beaucoup en commun, comme cette scottish, danse que l'on retrouve un peu partout en Europe. »

Voyages dans l'espace et le temps

Tristan Le Govic aime cultiver les notions de proximité et de lointain, mêler accords familiers et notes singulières, les variations entre majeur et mineur. « Des modes très exotiques pour nos oreilles. C'est très séduisant, avec un petit côté nostalgique. »

C'est un disque de voyage. « Cet album a été enregistré à la fois en Bretagne, en Écosse et en Suède. Dans le voyage, il y a toujours une part que l'on laisse derrière soi et le besoin de retrouver des amis. » Les couleurs y sont diverses, comme dans ce chant gaélique traduit en suédois. « Un thème des îles Hébrides, cher à Lise. Elle a voulu le traduire pour le chanter. Le texte est symbolique, car il parle d'un marin qui voyage de l'Écosse vers la Norvège. »

Autre sentier plus que buissonnier, une escale ukrainienne. « Avec un chant qui fait partie du répertoire d'un petit village, l'héritage d'une colonie suédoise qui y a émigré, et l'a conservé, une aventure dans la tradition Viking ! »

Mais le harpiste n'est pas prisonnier du passé. « Dans les polskas, il y a un jeu entre l'espace et le temps, le présent et le passé, la tradition populaire et le côté jazz ragtime, du jazz à l'ancienne. »

La harpe ne suit pas, elle mène la danse, rompant avec sa réputation d'instrument mélancolique. « J'ai une approche rythmique de la harpe. On dit que c'est un instrument à cordes pincées, mais dans les basses, c'est une percussion, avec un martèlement. Le jazz, c'est la petite influence que m'ont léguée Stuart Macpherson, le contrebassiste, et Roy Shearer, le percussionniste. Ils font partie de la scène du jazz écossais. »

Autre moment inattendu, une évocation de la catastrophe de Fukushima.« Cela fait partie de la tradition des bardes de raconter aussi l'histoire, de se mêler de la vie. » Mais Tristan Le Govic n'a rien perdu de sa fibre bretonne.« Dans la proximité, il y a une marche de Polig Monjarret, et une gavotte pourlet, l'emblème du cercle Bugale Melrand. Avec deux superbes sonneurs, André Le Meut et Pascal Lamour, qui semblent parfois arriver de loin. Il y a aussi la voix de Lisa, très proche, en évitant toute réverbération. »

Lu pour vous dans Ouest-France  Lorient du 26/08/2014